Trions nos déchets…Visite du centre de tri du Chinonais

Une initiative originale et intéressante: le SMICTOM (pardon? le Syndicat Mixte pour la Collecte et le Traitement des Ordures Ménagères) du Chinonais a organisé le 25 septembre 2010 une journée portes ouvertes de son centre de tri (situé à Chinon) pour que le grand public puisse découvrir l’endroit où partent les déchets soigneusement triés entre poubelle “normale” (dite aussi “sacs noirs”), “sacs jaunes“, “sacs bleus” et “containers”…

Une façon de se rassurer sans doute et de vérifier que l’on ne fait pas tout ça pour rien! On a toujours un doute, lorsque l’on place soigneusement ses emballages en carton et ses bouteilles en plastique dans le sac jaune spécialement dédié à cet usage, sur la destination finale de ces déchets recyclables. Visiblement, le grand public est de plus en plus sensibilisé aux questions de développement durable et de recyclage puisque ces portes ouvertes ont accueilli au cours de la journée plus de 400 visiteurs (je faisais partie du dernier groupe de la journée, j’ai donc eu des statistiques toutes fraîches).

But de la visite: nous donner quelques chiffres. Le SMICTOM du Chinonais représente 75 communes et près de 75000 habitants. J’étais assez surprise de savoir que pour un tel territoire, il n’y a que 6 bennes de ramassage qui circulent (chiffre donné pendant la visite, le site Internet du SMICTOM en mentionne 7. Mais quand même). Notre guide de visite nous a appris que l’un des paramètres les plus chers dans le tri des déchets était justement la collecte par la benne, sachant que le territoire est très rural et que les chauffeurs parcourent parfois une centaine de kilomètre pour récupérer un sac noir ou jaune…

Au centre de tri que j’ai visité arrivent les sacs jaunes et les sacs bleus collectés par les bennes. Dans les sacs jaunes: le carton, le métal, les bouteilles en plastique, les briques alimentaires. Dans les sacs bleus, le papier (pour certains seulement, personnellement, chez moi, à Sainte-Maure, le papier, je l’emmène au container à côté du container à verre). Ce centre de tri est géré par une société privée, la société Ourry. 11 personnes y travaillent: 1 responsable, 1 cariste, 7 trieurs et 2 ouvreurs de sacs. A vue de nez cela me paraît bien peu pour un tel territoire, d’ailleurs on nous a dit que l’on faisait régulièrement appel à du personnel intérimaire.

Nous avons pu découvrir l’ensemble du trajet des déchets. A leur arrivée dans la benne, ils commencent par être pesés. Ensuite, les sacs sont ouverts à la main. Une machine ouvreuse de sacs a été testée, mais notre guide nous a affirmé, et cela a été confirmé par les ouvreurs, qu’elle était inadaptée et qu’ils préfèrent travailler à la main. Les déchets recyclables sont envoyés vers la chaîne de tri où les trieurs (plutôt des trieuses, d’après ce que j’ai vu) récupèrent qui le plastique, qui le métal, qui le carton, et les envoient dans les bennes correspondantes.

Une image impressionnante: les petits “paquets” de fer et d’aluminium compactés. Un petit paquet de fer pèse entre 12 et 15 kg! Pour séparer le fer de l’aluminium on procède, évidemment, grâce à un gros aimant…

Un élément surprenant également: le plastique transparent, le plastique coloré et le plastique opaque ne sont pas recyclés pour donner les mêmes objets! De mémoire, et j’espère ne pas dire de bêtises, le plastique opaque donnera des coffrages de piscine (le SMICTOM est en partenariat avec la société Desjoyaux), le plastique transparent des stylos billes, le plastique coloré de la laine polaire.

En regardant la chaîne de tri, mes collègues de visite et moi-même avons été étonnés par les nombreuses “erreurs de tri” des citoyens: que de papier dans les sacs jaunes! Bien sûr, d’autres ont témoigné connaître dans leur entourage des personnes qui refusent de trier leurs déchets, ou qui jettent leurs poubelles dans la nature…Nous avons aussi eu une esquisse de débat intéressante sur le fait qu’acheter des produits sur-emballés était aussi de la responsabilité du consommateur…Mais en même temps, trier des déchets créé de l’emploi…Ce dernier message ayant été fortement martelé durant la visite.

Une dernière information que j’ignorais: les déchets non recyclés sont tout de même valorisés puisque leur combustion sert à chauffer l’eau de l’hôpital de Chinon!

Cette journée portes ouvertes ont évidemment un but pédagogique même si, comme nous l’a dit la guide, les personnes qui s’y rendent sont déjà sensibilisées. C’est pourquoi nous avons pu voir des panneaux explicatifs sur la façon de trier ses déchets, les erreurs à ne pas commettre (que ne pas mettre dans ses sacs jaunes), et recueillir des explications sur la façon de faire son compost.

Pour résumer, cette journée constitue une très bonne opération de communication qui s’inscrit dans la dynamique du SMICTOM du Chinonais: il suffit de consulter son site Internet pour se rendre compte qu’il est très complet et qu’il multiplie les documents d’information. C’est très intéressant d’appréhender la chaîne du tri dans son ensemble. Je reste seulement sur ma faim pour 2 raisons: je me demande quels sont les termes du partenariat entre le SMICTOM et les entreprises privées qui récupèrent les matériaux issus du tri pour en faire des matières recyclées ; et puis j’aurais aimé savoir ce que les employés du centre de tri pensent de leur travail et comment ils considèrent les conditions dans lesquelles ils l’exercent.

Pour voir le diaporama de ma visite avec toutes mes photos, c’est par .

14 commentaires

  1. Jacqueline Paillet a dit, le 11 octobre 2010 à 13:22

    Vraiment intéressant ! Je ne savais pas que la “laine polaire” était faite avec des déchets plastiques !! Ton diaporama est vraiment bien, et c’est toujours graphiquement très intéressant les déchets compactés. Un sujet très inattendu mais vraiment intéressant qui nous concerne tous.
    Mais j’ai aussi remarqué sur le diaporama que les ouvriers ne portaient pas de masques.

    Merci, Anne-Sophie

  2. jean-françois thinon a dit, le 11 octobre 2010 à 15:13

    Il t’en a fallu du temps pour revenir nous voir
    Est ce le tri des ordures, l’odeur va savoir ?
    Qui stimule ta mémoire
    Toi qui de ton bureau voyais la déchetterie
    Cette visite au smictom a-t-elle réveillé une pointe de nostalgie ?
    j’espère en tous cas que ton recyclage
    se passe sans ombrage
    Madame mes hommages
    bel article !

  3. Anne-Sophie Pascal a dit, le 11 octobre 2010 à 15:15

    C’est sûr, c’est moins…”exotique” que l’Inde…ou alors dans un autre genre!

    Pour ta question sur les masques, je suppose que c’est dû au fait que le personnel du centre de tri n’a à manipuler, en théorie, que des déchets “triés” et donc pas de poubelle classique…

  4. Anne-Sophie Pascal a dit, le 11 octobre 2010 à 22:46

    Jean-François, on a été tellement synchronisés sur ce coup-là que je n’avais pas vu ton commentaire! Une réminiscence de la DLLP en visitant le centre de tri des déchets recyclables????!!!!!! Je ne pense pas! (je tiens à garder de bonnes relations avec mes anciens collègues ;-) )
    Le fait est que quand j’ai reçu dans ma boîte aux lettres le flyer d’invitation à la journée portes ouvertes, j’ai pensé 1) Quelle bonne initiative de faire découvrir aux citoyens ce rouage essentiel du développement durable 2) En plus c’est chouette je vais pouvoir en faire un article dans TouraineMédia! Peut-être serais-je un peu lobotomisée…
    Bon et puis arrête de faire des articles / commentaires si talentueux, ça met des complexes aux autres et plus personne n’ose écrire!
    (je plaisante bien sûr, toujours un plaisir de te lire).

  5. Jérhum a dit, le 14 octobre 2010 à 23:01

    Mes filles ont parcouru le récit
    Elles furent déçues cependant
    Elles n’y ont pas vu Wall-e
    L’endroit était-il dégradant ?

    Serais-tu capable de visiter l’endroit où finissent nos “œuvres littéraires” : au pilon ?
    Il faut te dépêcher car bientôt “TOUT” sera numérisé et zalors, plus de pilon ! Plus de déchets !
    Fichtre ! Que vont devenir nos articles ?
    Et ce commentaire ?

  6. Anne-Sophie Pascal a dit, le 15 octobre 2010 à 09:05

    C’est amusant Jérôme parceque quand j’ai visité il y avait des enfants qui n’arrêtaient pas de parler de Wall-E…Mais moi je ne sais pas qui c’est! :-) Un article pour nous le présenter?

    Si tu pars sur un débat sur le numérique qui va tuer le papier, ça pourrait vite tourner au troll…Je vous invite sur le sujet à aller consulter le très bon blog de la bibliothèque de Vouvray, Lire à Vouvray (http://bibliotheque-vouvray.over-blog.com/), et en particulier ce billet, auquel j’ai répondu, qui donnait une opinion plutôt tranchée sur la lecture numérique: http://bibliotheque-vouvray.over-blog.com/article-lire-le-numerique–44026988-comments.html#anchorComment

    Bonne lecture!

  7. Claudie Fonteneau a dit, le 15 octobre 2010 à 11:03

    Super intéressant ton article sur les déchets, en chacun de nous, sommeille un Wall-E, robot dans un film Disney, chargé de nettoyer la planète, ce n’est que le début de l’histoire, voir sur http://www.disney.fr/FilmsDisney/Wall-E/index_fr.html, ne sommes-nous pas robotisés nous aussi, d’un côté le verre en prenant soin d’enlever les bouchons, de l’autre, le papier sauf papier d’emballage alimentaire, etc… bien utile si ns voulons laisser une planète “propre”, mais l’on ne peut qu’être catastrophés de voir aux infos, boue rouge, marée noire etc… un seul Wall-E ni suffit plus !
    Je pense que Jérhum sera fort intéressé de l’article sur le blog de Vouvray et la lecture numérique et pour cause… à lui de le dire ! Perhaps….

  8. Sylvie Adolphe a dit, le 19 octobre 2010 à 16:32

    Ton article sur le tri des déchets m’a beaucoup intéressée. Je pense que tout le monde devrait visiter ce genre d’établissement. Je ne sais pas si l’Education Nationale s’est déjà penchée sur la question. Cela devrait être au programme d’éducation civique.
    La lecture des commentaires m’a emmenée ensuite sur le blog de Vouvray, où j’ai lu l’article consacré au numérique, ainsi que ta réponse. Face à l’évolution rapide des technologies et des pratiques culturelles, je m’interroge sur le rôle des médiateurs que nous sommes. De façon générale, l’utilisation exponentielle que nous faisons d’internet ne contribue-t-elle pas à aggraver encore plus notre environnement (lire à ce sujet un article paru au printemps dernier je crois dans la revue “La décroissance”, sur l’impact écologique d’internet) ? (A force de prêter ce document, j’en ai perdu les références exactes mais si quelqu’un peut me les communiquer…).

  9. Sylvie Adolphe a dit, le 20 octobre 2010 à 08:25

    L’article de La Décroissance est paru en fait en avril 2009 (je l’ai retrouvé) mais toujours d’actualité, me semble-t-il…

  10. Anne-Sophie Pascal a dit, le 20 octobre 2010 à 13:36

    Bonjour Sylvie, merci pour le commentaire :-) .

    Quand j’ai visité le centre de tri, il y avait aussi des groupes de scolaires. Effectivement je pense que c’est une vraie découverte citoyenne!

    Sur l’impact écologique d’Internet, on trouve effectivement de la documentation. J’ai trouvé sur le blog Netecolo.com (http://www.netecolo.com/blog/) la référence d’un article de la revue “L’écologiste” paru en 2009 (http://www.netecolo.com/blog/index.php/2009/04/26/468-l-empreinte-ecologique-d-internet). Sur pcworld.fr, vous trouverez un article intitué “Quel est l’impact écologique de l’ipad, de Twitter, de Facebook, de Google et de leurs millions de serveurs?” (http://www.pcworld.fr/2010/05/04/internet/google-facebook-twitter-ipad-serveurs-consommation-ecologie/488331/). L’équipement informatique nécessaire pour être connecté et le difficile recyclage des machines et de leurs composantes posent vraiment question.

    D’un autre coté, l’accès à l’information est nécessaire, me semble-t-il, au moins pour que l’on puisse choisir en connaissance de cause de s’engager dans une voie de décroissance ou pas! Et l’information aujourd’hui passe énormément par l’informatique…

    Il me semble que face à ce dilemme, les bibliothèques et en général, les lieux publics d’accès à l’information, peuvent apporter un début de réponse car ce sont justement des lieux publics, qui mutualisent les équipements informatiques au lieu de contribuer à leur multiplication au sein de chaque foyer. Au moins, les bibliothèques offrent une alternative à l’équipement individuel. Ca me paraît déjà quelque chose…Sachant que si les bibliothèques se mettent à mépriser Internet et à s’en désintéresser sur le thème “pouah, c’est mauvais pour l’environnement”, ça n’empêchera jamais les usagers et non-usagers de s’équiper s’ils en ressentent l’envie ou le besoin…

  11. adrianna a dit, le 01 novembre 2010 à 19:51

    c est mama pa interessent tu sais rien n est bo en plus c est nuullllll tous est nulle la diaporama beurk j aime pa

  12. Anne-Sophie Pascal a dit, le 02 novembre 2010 à 23:11

    Bonjour Adrianna, et merci pour ton commentaire :-) .
    Je voudrais juste te dire que lorsque tu prends la peine de laisser un commentaire sur un blog, il vaut mieux faire attention à la clarté de ce que tu dis: là il n’y a pas de ponctuation, beaucoup de fautes d’orthographe, tu ne fais pas attention à ce que tu dis, du coup on ne comprend rien. C’est dommage. Quand tu dis “ce n’est pas intéressant”, je ne sais pas ce que tu aurais voulu avoir comme information ; quand tu dis “rien n’est beau”, je ne sais pas trop quoi te dire: j’ai visité un centre de tri, il y a des déchets dedans, que voulais-tu que je prenne en photo?
    Enfin bref, je te précise aussi que si tu laisses d’autres commentaires de ce style, sans ponctuation, sans orthographe et sans faire d’effort pour préciser ce que tu veux dire, ils ne seront pas publiés.
    En revanche, si tu as des choses plus intéressantes et plus belles à montrer, ne te gêne pas et écris un article sur le blog. Il est fait pour ça, pour accueillir les articles des gens.
    A bientôt :-) .

  13. Jérhum a dit, le 06 novembre 2010 à 00:42

    Bon, je continue parce que c’est passionnant !
    Je suis dans le réseau, petit à petit, je mute ! Si, si ;-) Et parce que je suis un pur produit de la Théorie de l’évolution (http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27%C3%A9volution) je fais donc partie de la nouvelle Tribu ! Les TM.
    1) merci pour l’article sur la lecture numérique et plus particulièrement dans mon canton (non, je ne suis pas chauvin ! ) – je vais me rapprocher de La Grange aux livres – Vernou
    2) merci pour la suite ! La décroissance ! Ô Diderot et D’alembert, ô Alessandro Volta, ô Fredrik Rosing Bull, ô Bill Gates, ô Ray Tomlinson, ô moi (Hi, hi) qui croît avant de décroître…
    3) mais que serai-je sans toutes ces magnifiques inventions ? Un banal et non moins vulgaire déchet ! Inculte, inadapté, insatisfait.
    Je pense par moi même et surtout avec l’aide des autres ! Merci à vos cerveaux qui m’aident à réagir (à vivre).
    4) Éviterai-je la paranoïa ? Suis-je capable de pédaler pour charger ma dynamo et lire en même temps ? Et quid d’avoir de l’eau chaude pour mon thé ?
    C’est l’écrit qui est la base de notre mode de communication et c’est lui qui engendre aussi des déchets – ses multiples supports ! Essayez donc une seule journée de vous empêcher de lire ! C’est presque impossible.
    Alors en voici un autre de lien, http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2010/11/05/pour-rester-maitres-de-nos-lectures-il-va-falloir-le-demander/, nous pouvons améliorer, contribuer, boycoter, mais nous resterons désormais liés à cette technologie. Il nous appartient de la Fabriquer.

  14. Anne-Sophie Pascal a dit, le 05 février 2011 à 18:03

    Puisque je viens de tomber sur ce lien intéressant, je le place ici: “La lecture numérique est-elle bonne pour l’environnement?” Bonne question…http://www.cnetfrance.fr/blog/la-lecture-numerique-est-elle-bonne-pour-l-environnement-39757972.htm

Nombre de pages vues : 1607729